vendredi 16 septembre 2016

RENCONTRE ENTRE LE DR JACQUES VALLEE ET LE PR RUBEN MORALES


LOS OVNIS DE LA ANTARTIDA, 
le livre du Pr Ruben Morales dans les mains du Dr Jacques Vallee.

LE PR RUBEN MORALES REMET SON LIVRE AU DR JACQUES VALLEE
Avec beaucoup d'enthousiasme hier j'ai donné une copie de mon humble livre au chercheur de renommée mondiale Jacques Vallee, qui le 24 septembre à l’âge de 77 ans et est en visite en Argentine, à l'occasion du tournage d'un film du jeune réalisateur primé Alan Stivelman (directeur de "Human", 2013).

Ce fut un grand plaisir de rencontrer Vallée, que j'ai avec qui j’ai déjà échangé en Argentine lors de sa visite précédente dans le lointain 1980.

Vallée est titulaire d'une maîtrise en astrophysique à l'Université de Lille (France) et un doctorat en informatique à l'Université Northwestern (USA) - Basée en Californie il a été l'un des théoriciens de l'intelligence artificielle qui ont conduit à des systèmes informatiques actuels. Il a été conseiller UFO US Air Force -  Il est l'auteur de nombreux ouvrages, le plus connu des rares qui ont été traduits en espagnol est "Passport to Magonia", 1972; mais il a aussi des titres tels que l'anatomie d'un phénomène 1965 écrit; Les Phénomènes insolites de l'espace, avec Janine Vallée, 1966; Le Collège Invisible, 1975; UFO: la grande manipulation, 1983; Autres dimensions, 1989; Révélations: Contact avec un autre monde, manipulation de nous humain, 1992; La science interdite un scientifique français aux frontières du paranormal, Volumes 1 et 2, 1997 et 2013.



Je suis très heureux que cette nouvelle rencontre entre ces deux chercheurs de la première époque, ait pu se faire. Il est vrai que les années passent, le temps compte, une telle rencontre est donc UN GRAND MOMENT !   Note de Gérard LEBAT

ARTICLE ORIGINAL

El libro LOS OVNIS DE LA ANTARTIDA, en manos del Dr. Jacques Vallée.
Con gran emoción ayer entregué un ejemplar de mi humilde libro al mundialmente reconocido investigador Jacques Vallée, quien el próximo 24 de septiembre cumplirá 77 años y se encuentra de visita en la Argentina con motivo del rodaje de un film a cargo del laureado joven director Alan Stivelman (realizador de "Humano", 2013).

Fue un gran placer volver a encontrar a Vallée, a quien conocí en su anterior visita en el ya lejano 1980. 


Vallée tiene una maestría en astrofísica en la Universidad de Lille (Francia) y un doctorado en Informática en la Universidad de Northwestern (EE.UU.) Radicado en California fue uno de los teóricos de la inteligencia artificial que dio origen a los actuales sistemas informáticos. Fue asesor en materia de ovnis de la Fuerza Aérea de EE.UU. Es autor de numerosos libros, el más conocido de los pocos que se tradujeron al español es "Pasaporte a Magonia", 1972; pero también ha escrito títulos como Anatomy of a phenomenon,1965; Les phénomènes insolites de l'espace, con Janine Vallée, 1966; Le Collège invisible, 1975; OVNI: la grande manipulation, 1983; Autres dimensions, 1989; Révélations : contact avec un autre monde ou manipulation humaine?, 1992; Science interdite,un scientifique français aux frontières du paranormal, volúmenes 1 y 2, 1997 y 2013.


Algo sobre su pensamiento puede leerse en los siguientes links:

lundi 15 août 2016

ARGENTINE - OSCAR RAUL MENDOZA - UN GRAND UFOLOGUE VIENT DE NOUS QUITTER

ARGENTINE - OSCAR RAUL MENDOZA - UN GRAND 

UFOLOGUE VIENT DE NOUS QUITTER


A gauche, Le Pr Ruben Morales, Oscar Raul Mendoza, Gérard Lebat et Ariel Maderna.

Depuis des décennies je connaissais de nom Oscar Raúl Mendoza, cet enquêteur de la première heure, qui dès 1963, s’est intéressé au phénomène OVNI. Dès les années 70, il était dans mon listing de chercheurs mondiaux les plus sérieux et je lui communiquais la revue que j’éditais alors. Lors de mon déplacement en Janvier et Février dernier, à travers les Cafés Ufologiques Argentins, j’ai eu l’immense joie et le grand plaisir de rencontrer Oscar Raul Mendoza, dans sa demeure à Santa Fe. Pour moi cet homme illustre à mes yeux était un monument, et cet honneur qui m’était fait de pouvoir le rencontrer me comblait. Son passé est éloquent au niveau ufologique, un homme de science, qui n’a pas compté le temps qu’il a donné à la recherche ufologique. Cette rencontre, que je ne peux oublier, je la dois au Professeur Ruben Morales de Buenos Aires (Argentine) qui vient de publier un excellent ouvrage sur les OVNIs en Antarctique et qui a planifier cette entrevue avec l’un des plus illustres chercheurs en Argentine. Sur place ce jour-là Ariel Maderna, un membre actif des Café Ufologiques de Santé Fe. Oscar Raul Mendoza animait les Café Ufologiques de Santé Fe depuis 2012, soit à son actif quelques 60 rencontres ! Malheureusement son état de santé n’était déjà pas très bon. Depuis 50 années, il faisait partie de mon paysage ufologique, régulièrement sur le net, j’avais des informations sur ce qu’il entreprenait.


Il est né le 20 mai 1943, il avait 73 ans, et ce jour 15 aout 2016, il vient de nous quitter. 


Originaire de la ville de Diamante (Entre Rios), habitant depuis bien longtemps la ville de Santa Fe, (Argentine) il s’est intéressé au dossier OVNI après avoir fait une observation intéressante en 1963. Il commence par rassembler durant quelques années des témoignages, puis il enquêtera sur le terrain, devenant un spécialiste dans ce domaine. Il élabore divers projets visant à mettre au point des techniques d’enquêtes sur le phénomène et à rechercher et à expérimenter des moyens matériels qui permettraient d’appréhender le phénomène et d’en savoir plus sur lui. 


En 1988, il rejoint l’organisation ufologique alors importante en Argentine le FAECE OVNI, il participe alors à des congrès, dont celui de Rosario ou ses travaux sur les « technologies applicables aux ovnis » sont particulièrement remarquées. Oscar Raul est un chercheur, un homme dont les idées se succèdent et qu’il tente systématiquement de matérialiser. En 1991, avec le journaliste Alberto Rafael Frutos, il fondera « l’Institut Supérieur d’Ufologie » dans lequel il donnera durant quelques temps des cours de formations à la recherche sur le phénomène ovni. Il publiera en 1993 un ouvrage, qu’il rééditera en 2010. Oscar Raul Mendoza ne cessera d’enchainer depuis les années 90, sa participation à des congrès, des conférences, à exposer ses travaux dans des lieux et instituts prestigieux. Il participera à la fondation de nombreuses associations en Argentine s’intéressant au phénomène ovni ou y collaborera. Il est demandé partout en Argentine. Il était incontournable dans son pays, où il était reconnu. La qualité de son travail, de ses enquêtes était appréciée bien au-delà de la communauté ufologique. Il faisait autorité, mais malheureusement, tout cet énorme travail, tout comme celui de bien d’autres chercheurs sérieux en Argentine, est totalement inconnu en France. Je me suis rendu compte en côtoyant tous ces chercheurs lors de mon voyage à quel point la recherche ufologique privée en Argentine, dont le parcours est similaire à ce qui s’est fait en France, est de qualité. Mais malheureusement dans ce pays, les anciens commencent à disparaître et les archives monumentales et uniques amassées durant plus de 50 ans par ces chercheurs souvent exceptionnels, ne sont pas sauvegardées en des bibliothèques ou elles seraient alors protégées. 


La dernière tâche qu’Oscar Raul Mendoza à accomplie, et non pas des moindres, c’est la création dans sa ville à Santa Fe d’un Cafés Ufologiques qu’il anima avec ferveur et qui réunissaient les ufologues de la région.


Sa disparition va laisser un vide, nous le regretterons et nous le remercions pour le travail immensément grand qu’il a fait pour l’ufologie. 


Je m’associe à tous les Cafés Ufologiques d’Argentines, dont j’ai rencontré la majorité des animateurs lors de mon voyage, qui sont aujourd’hui dans la douleur et la peine suite à ce départ d’Oscar Raul Mendoza pour un monde que nous espérons meilleur.

Je présente mes plus sincères condoléances à sa famille, ses proches, ses amis, mais aussi à tous les membres actifs des Cafés Ufologiques de Santa Fe.

dimanche 17 juillet 2016

OVNI MARSEILLE : QUELQUES MOTS DU DERNIER REPAS SUR L'ATLANTIDE

QUELQUES NOUVELLES DU DEJEUNER DE JUIN D’OVNI MARSEILLE


Lors du dernier déjeuner d’OVNI Marseille, les invités étaient tout excités à l'idée qu'on allait leur situer l'Atlantide au cours de la conférence qui allait suivre. Une quinzaine de personnes étaient venues écouter Mme Danielle Dupont-Cazon, professeur et préhistorienne sur ce fameux continent perdu : L’Atlantide. D'abord connaître l'origine de cette légende, puis ses développements et puis une certaine archéologie sous-marine. Les pistes de Santorin ou du plein océan étant éliminées, Mme Dupont-Cazon nous amena sur les recherches sérieuses de Jacques Collina-Girard lui-aussi préhistorien, géologue mais aussi plongeur scientifique. Également, auteur de l'Atlantide retrouvée. Pour lui, le Mythe de l'Atlantide serait une fiction construite à partir d'événements géologiques bien réels. Enfin, une île au large des Colonnes d'Hercule (Gibraltar), celle du Cap Spartel enfoncée d'une quarantaine de mètres sous le niveau de la mer (actuel banc Majuan). Et pour conclure, une île avec des migrants agriculteurs et éleveurs. On est loin de ce continent avec des Atlantes venus d'outre-espace édifiant une grande civilisation à la technologie la plus moderne ! BH


samedi 16 juillet 2016

Compte rendu de la soirée « Ovni à Table » du 3 juin 2016 à Bourg-en-Bresse

Compte rendu de la soirée « Ovni à Table » du 3 juin 2016 à Bourg-en-Bresse


Le mois de juin n’est pas le meilleur pour organiser des événements tellement il y a de soirées diverses et nombreuses chaque semaine, mais nous tenons à la régularité de nos soirées « Ovni à Table ». Ce soir-là, nous étions 49 personnes, ce qui est un peu décevant au vu de la fréquentation habituelle et surtout celle de la précédente soirée, mais c’est quand même beaucoup pour une petite ville comme Bourg-en-Bresse et c’est largement suffisant pour passer une bonne soirée.

A noter deux changements importants pour cette soirée. Tout d’abord, le repas ne consistait plus en un buffet campagnard, mais était servi à table avec du poulet fermier rôti (ou plat de substitution pour les végétariens), des frittes (à volonté pour les plus gourmands), de la salade, un plateau de fromage et une assiette de desserts variés. Ensuite, la seconde modification qui améliore considérablement le confort de la soirée est la tenue de la conférence sur la mezzanine au lieu de la salle du repas. Ainsi, plus besoin de déplacer des chaises et il suffit de monter quelques marches pour accéder à la salle préparée d’avance. De plus, ça laisse davantage de place pour le repas dans la grande salle au rez-de-chaussée. Ceci nous a permis de commencer la conférence plus tôt que d’habitude.

Ce compte rendu est un peu particulier et tardif car, outre une démotivation de ma part, un incident juste avant la conférence m’a empêché de voir le début de la conférence, toute la seconde partie ainsi que le débat avec le public. Il m’est donc difficile d’en faire une présentation. Je publie donc la présentation qu’en avait fait le conférencier pour annoncer la conférence.



Science fiction  et soucoupes volantes, trente ans après

En juin 2007, les éditions Terre de Brume ont réédité « Science-fiction et soucoupes volantes », paru en 1978, et épuisé depuis longtemps. J’ai conservé le texte original, mais je l’ai augmenté d’une préface d’une cinquantaine de pages et d’une iconographie inédite.

Si j’ai tenu à remettre en circulation ce texte vieux de trente ans, c’est qu’à mes yeux le problème auquel il s’attaque n’est plus guère pris en compte dans les débats actuels, alors qu’il conditionne notre compréhension du phénomène ovni.

Pour comprendre mon propos, il faut  situer le contexte de ce livre. Je l’ai écrit entre 1975 et 1977, c’est à dire en pleine apogée de l’ufologie classique. L’idée prédominante était alors que la phénoménologie soucoupique transcende par son étrangeté tout ce que les hommes ont pu imaginer dans le passé. Les calages de moteurs, les téléportations, les faisceaux courbes ou tronqués, les examens médicaux, les contacts psychiques, les dématérialisations, les accélérations foudroyantes, tout cela, pensait-on, constituait des nouveautés absolues dont on aurait bien été en peine de trouver la trace dans les productions imaginaires antérieures de l’humanité. En d’autres termes, l’étrangeté radicale des rapports était invoquée par les commentateurs de l’époque comme une des meilleures preuves en faveur de l’objectivité du phénomène ovni. Les témoins n’avaient pu imaginer leurs expériences, d’autant que, rapportées en divers endroits de la planète, elles présentaient des analogies troublantes.

Aujourd’hui, avec du recul, cette conviction paraît bien naïve. Il nous paraît  étrange que la proximité des rapports d’ovnis et des thèmes de la SF n’ait pas été immédiatement perçue. Mais l’expérience historique nous montre qu’une mythologie naissante n’apparaît jamais comme telle aux yeux de ceux qui la vivent, et se donne au contraire comme la réalité même. À l’époque, cette ignorance était favorisée par un cloisonnement des milieux concernés. Les ufologues et les amateurs de SF s’ignoraient, et parfois se dédaignaient, pour ne pas dire plus. Entre ces deux mondes l’information circulait peu. Il se trouve que vers 1975 j’étais un des rares ufologues à m’intéresser à la vieille SF populaire. C’est ainsi que m’est venue l’intuition développée dans « Science-fiction et soucoupes volantes ».

Cette intuition peut se résumer en une phrase : quand l’ovni paraît, le copyright est déjà pris depuis longtemps. La forme et le comportement des objets aériens, les effets qu’ils produisent sur l’environnement matériel et humain, la faune des humanoïdes, les moteurs qui calent, les phares qui s’éteignent, les témoins téléportés ou « pompés » dans des rayons de lumière, les fééries lumineuses, les contacts psychiques, les enlèvements, les examens médicaux, les implants, bref tous les effets spéciaux que décriront les témoins d’ovnis à partir de 1947, ont leur équivalent précis dans des vieux textes de SF écrits entre 1880 et 1945. Pour dire la chose autrement, la phénoménologie soucoupique, surtout dans les enlèvements et les rencontres rapprochées dites de « haute étrangeté », répercute et réorganise dans le vécu le bagage de stéréotypes imaginé jadis par les écrivains de SF pour mettre en scène l’irruption des extraterrestres ou les menées démoniaques des savants fous. Le portrait robot des ovnis qui se cristallise au début des années cinquante, et qui est resté gravé dans nos esprits, a été forgé à partir de représentations empruntées à la SF populaire de la première moitié du XIX° siècle, par des acteurs qui sont allés puiser inconsciemment dans ce répertoire. Il est impossible de progresser dans la question des ovnis tant que l’on ne s’est pas pénétré de cette idée.

Ma conférence se composera de deux parties distinctes. Je prouverai d’abord la coïncidence SF-SV par des documents visuels. Je montrerai ensuite les interprétations que ce constat suggère, et me demanderai comment l’ufologie peut le surmonter sans tomber dans le réductionnisme. Je m’intéresserai particulièrement, sous cet angle, aux ovnis du passé, qui me semblent une voie féconde pour comprendre le phénomène. Je reviendrai aussi sur le lien que j’avais établi en 1978 entre les ovnis et les phénomènes paranormaux.

Bertrand Méheust


Et pour en savoir plus sur le conférencier, voir son site : www.bertrand.meheust.free.fr

Bibliographie ufologique de Bertrand Méheust
- 1978 « Science-fiction et soucoupes volantes, une réalité Mythico-physique » aux Editions Mercure de France,
- 1985 « Soucoupe volante et folklore » aux Editions Mercure de France,
- 1992 « En soucoupe volante, vers une ethnologie des récits d’enlèvements » aux Editions Imago (réédition de « Soucoupe volante et folklore »)
- 2000 « Retour sur l’anomalie belge » aux Editions Le Livre Bleu
- 2007 « Science-fiction et soucoupes volantes, une réalité Mythico-physique » aux Editions Terre De Brume (réédition revue et augmentée du livre du même titre de 1978)

Et bien d’autres ouvrages et textes sur divers sujets


Le prochain repas conférence se tiendra le vendredi 2 septembre 2016 avec une conférence à déterminer pour plus d’informations, consulter régulièrement le site web : www.ufolog.org/ainovni.htm 

dimanche 26 juin 2016

VALENSOLE : DEUXIEME ANNEE CONSECUTIVE D'ANIMATION SUR LE THÈME DES OVNIS

CONFÉRENCES ET EXPOSITIONS A VALENSOLE 

DURANT L’ÉTÉ 2016

L'affiche du programme. ( Crops )
L’association locale de Valensole «Mémoire vivante de Valensole et de son plateau » a décidé en 2016 de reprendre l’idée de l’année 2015 et de faire de Valensole la «  ville OVNI » Française durant quelques jours.

Au programme, exposition de photos et documents, conférences, reconstitution  de l’observation de Maurice Masse….. La soucoupe de Valensole fera encore parlée d’elle durant le mois de juillet 2016.

Parmi les conférences déjà annoncés, à nouveau un programme consistant qui sera organisé avec le concours du CROPS de Toulon que dirige Gilbert ATTARD du 01 au 03 juillet 2016:

  • Vendredi 01 juillet à 15 h 00 : Pascal FECHNER  "Rapport entre philosophie et OVNI"
  • Samedi   02 juillet à 15 h 00 : Gilbert ATTARD et Monique "Technologie des Dieux et artefacts de l'impossible"
  • Dimanche 03 juillet à 10 h 30 : Gilles THOMAS  "Valensole vu par les Ufologues"
  • Dimanche 13 juillet à 15 h 30 : Table ronde autour du phénomène OVNI


Ces conférences sont organisées dans la Salle Tardieu, juste au-dessus de la Mairie de Valensole. Les organisateurs ont pour projet de faire un programme avec deux conférences chaque jour. D’autres conférenciers seront donc sur place et le programme, sera comme l’année passée, mis en place au fil du temps !.... 

Tout comme certaines villes dans le monde (Roswell, Capilla Del Monte etc….) Valensole deviendra-t-elle un jour la ville OVNI Française, lieu ou alors se déversera une publicité sur le thème des « extraterrestres » qui n’arrangera rien pour l’image du phénomène ovni. À ce jour d’ailleurs cette image s’est tellement dégradé que le phénomène ovni a perdu tout espoir d’être considéré comme sérieux ! Des milliers de visiteurs se déplacent chaque année dans les ville " OVNI "  qui rencontrent donc le succès attendu. 

Des milliers de personnes se déplacent dans les villes " OVNI".

Informations :
Le site du CROPS de Toulon : http://www.cropsciences.org/

INFORMATION PUBLIÉE SUR LES BLOGS :

jeudi 23 juin 2016

UNE RÉVÉLATION : LE RAPPORT SECRET D’ADOLFO CABRAL SUR LES OVNIS EN ANTARCTIQUE DÉVOILÉ !

UNE RÉVÉLATION : LE RAPPORT SECRET D’ADOLFO CABRAL SUR LES OVNIS EN ANTARCTIQUE DÉVOILÉ !

Nous apprenons d’Argentine que l’ouvrage remarqué du Professeur Ruben Morales, LES OVNIS EN ANTARCTIQUE est arrivé entre les mains de l’officiel en retraite, Adolfo Cabral. Adolfo Cabral  était en 1965, lors de la fameuse observation d’ovni du 3 juillet, le second officier, chef du détachement naval de la base de Déception, alors placé sous les ordres du Commandant Lieutenant de Frégate Daniel Périssé.

Adolfo Cabral qui est très âgé aujourd’hui, se souvient très bien de cette observation qui a bouleversé tout le personnel présent en cet hiver de 1965 sur cette base. (Nous sommes en Antarctique, les saisons sont inversées par rapport à nous. Je précise car j’ai eu il y a quelques temps une réflexion à ce propos, mon interlocuteur, pensant avoir trouvé une faille dans les écrits de nos amis d’Argentine, commençait à prétendre qu’en Juillet, ce ne pouvais être l’hiver. Mais ce brave Monsieur, qui se croyait plus malin ne connaissait pas les subtilités de notre planète ! ) Adolfo a été surpris quelques mois  plus tard, rentrant de sa période d’hibernation, que les faits extraordinaires dont il avait été le témoin, aient fait le tour du monde à la une de tous les médias.

Adolfo Cabral, un témoin de premier ordre dans cette affaire qui tourne autour des observations, mais aussi de la politique que le gouvernement et la marine à mise en place à cette époque pour faire découvrir au monde ces événements hors du commun et des possibilités de provenance d’un autre monde de ces  objets volants non identifiés observés en Antarctique. Il donne dans le livre son opinion à ce propos, compte tenu qu’il faisait partie des acteurs sur place. Mais ce qui est aussi le plus intéressant, c’est la rédaction dans les jours qui suivent les observations, d’un rapport très détaillés par Adolfo Cabral, rapport qui a été transmis à ses supérieurs. Ce rapport n’a jamais été rendu public et est toujours resté secret. Dans LES OVNIS EN ANTARCTIQUE, Ruben Morales, pour la première fois il le publie. C’est là encore un document exceptionnel, d’origine militaire, qui est rendu public.


Nous souhaitons à Adolfo Cabral, un témoin de la présence d’ovnis sur notre planète sur les terres lointaines d’Antarctique, une excellente santé. En effet, sa santé s’est détériorée ces dernières années et cela a été un effort que de recevoir le Pr Morales dont il admire le courage dans ce combat qu’il mène pour une reconnaissance officielle du phénomène.

mardi 14 juin 2016

DES CRITIQUES FAVORABLES EN ARGENTINE A LA SUITE DE LA PUBLICATION DU LIVRE « LOS OVNIS DE LA ANTARTIDA ».


DES CRITIQUES FAVORABLES EN ARGENTINE A LA SUITE DE LA PUBLICATION DU LIVRE « LOS OVNIS DE LA ANTARTIDA ».


J’ai l’occasion de relayer en Français quelques interventions du Pr Ruben Morales car je le connais pour avoir passé près de trois semaines en sa compagnie en janvier et février 2016. Cette rencontre, ce n’est pas seulement quelques heures à parler, mais un périple qui nous a menés de Buenos Aires à Iguaçu, (plus de 1300 kms + retour partiel) dans le nord de l’Argentine, à la frontière du Brésil, en Amazonie ! Et nous avons fait  des haltes dans les cafés ufologiques de Rosario, Santa Fé, Corrientes, Resistencia…..  Ce n’est donc pas sans bien le connaître que je vous parle de ses qualités intellectuelles hors normes, de son extrême gentillesse, de sa volonté permanente de chercher une explication à tous  les phénomènes, de  sa passion depuis 50 ans pour le phénomène ovni. Le Professeur Ruben Morales mérite d’être mieux connu chez nous en France. L’histoire de l’ufologie Argentine, totalement inconnue chez nous, est très riche et surtout elle est parallèle à la nôtre en bien des points. Les acteurs de toutes les enquêtes depuis la fin des années 50 sont encore bien souvent encore avec nous et peuvent témoigner de tout ce qui s’est passé dans ce pays. Ruben est l’un d’eux, il a rencontré et invité les ufologues connus dans le monde entier tels Hynek ou Vallée, il a fait de nombreuses enquêtes sur le terrain, procédé à des études spécifiques du phénomène….  Il a côtoyé beaucoup  de témoins de faits insolites en Antarctique et en conséquence, il est  bien la personne qui est la mieux placée pour évoquer toute cette histoire dans un livre.

L'auteur dédicace son ouvrage
Le premier ouvrage sur les ovnis en Antarctique écrit par Ruben Morales (sous-titré : « Histoires extraordinaires sur le continent blanc » a généré un impact important  et des commentaires positifs sur les réseaux sociaux. Ce travail, c’est le résultat d’une recherche et d’une collecte minutieuse de données sérieuses concernant le phénomène ovni sur ce continent. Il est incarné aujourd’hui dans ce volume important de plus de 350 pages avec des informations inédites et de nombreuses photos et illustrations souvent inconnues.

Mario Lupo lors de son intervention aux Cafés Ufologiques Foto Damián Morales Defelippe
Deux présentations en début de mois ont permis de lancer ce livre sur le thème des «  OVNIs EN ANTARCTIQUE ». Rapidement le net a relayé ces nouvelles, engendrant un « bzz » sur la toile en Argentine. En France l’information a été relayée sur de nombreuses pages Facebook, en version Française, ainsi que sur plusieurs blogs, dont OVNI91  et OVNI MAROC International.

Le 2 juin, c’est lors de la réunion mensuelle des « Cafés Ufologico RIO54 » que tous les ufologues de Buenos Aires ont été en mesure de prendre connaissance de l’ouvrage. Le 4 juin, soit deux jours après, c’est la très respectée association des anciens opérateurs radio  en système Morse, dont beaucoup ont œuvrés en Antarctiques et témoins de phénomènes inexpliqués, qui recevait le Professeur Ruben Morales afin qu’il évoque son livre. Ces professionnels étaient à cette époque indispensables au niveau communication avec les bases de l’Antarctique, avant l’émergence de l’internet et de la transmission par satellite. À cette époque, peu de moyens matériels automatisés, peu d’informatique voir pas,  les observateurs étaient à l’extérieur et c’est ainsi que les chances d’observer un phénomène anormal  étaient largement supérieures à ce qu’elles sont à notre époque.

Ruben Morales lors de son intervention à la 30ª Reunión
de Amigos del Grupo Argentino de CW (GACW)
Lors de la première réunion, Mario Lupo, le coordinateur des Cafés Ufologico RIO54, a mis en évidence et commenté les informations publiées dans le livre, qui concernaient entre autre la recherche cachée et interne sur les OVNIs de la Marine de guerre en Argentine entre 1950 et 1970. Il a été surpris par certains détails, inconnus jusqu’alors, qui font état d’observation d’ovnis sur lesquelles on a déployé sur les lieux plusieurs navires de guerre de la force navale. Puis des ordres ont été donnés de procéder à des bombardements massifs et d’utiliser des armes anti sous-marin  en nombre !  Certaines observations faisaient état d’objets se déplaçant en profondeur.

Puis c’est au tour de Ruben Morales d’intervenir et il insiste sur le fait qu’il était particulièrement motivé pour publier ce livre car il avait de nombreuses anecdotes à révéler sur un certain nombre d’observations qui lui ont été signalées directement par des personnes travaillant dans les camps en Antarctique. Ruben fait une brève pause, il pense alors au tous ceux qu’il a côtoyé et qui aujourd’hui ne sont plus là, parmi nous, le Capitaine Daniel Perissé, le météorologue Hugo Stanich, le radiotélégraphiste Abel Aguirre….  Il ne les a pas oubliés, tous ces témoins lui avaient confiés leurs témoignages avant de partir….  Il les publie dans ce livre en leur mémoire….

Témoins et  anciens de la marine Argentine
Ruben Morales révèle que le nombre de rapport d’objets volants non identifiés dans le ciel  en Antarctique, était beaucoup plus nombreux qu’on le croit. Dans son ouvrage, et pour la première fois il évoque des documents aujourd’hui déclassifiés, auxquels il a eu accès et qui contiennent des données fiables sur toutes ces histoires extraordinaires qui se localisent sur le continent blanc.

Les deux orateurs, Mario Lupo et Ruben Morales, ont souligné l’importance des cafés ufologiques de Buenos Aires (1) qui ont lieu tous les mois depuis maintenant plus de 6 années consécutives

Le samedi 4 juin, c’était lors de la 30 éme réunion des opérateurs radios utilisant uniquement la transmission morse, sans microphone,  que Ruben Morales présenta son ouvrage. Parmi l’assistance, des opérateurs radios témoins d’observations insolites. Ruben Morales n’est pas sans les connaitre, il a longuement travaillé avec eux sur les phénomènes dont ils ont été les témoins et  avec leur collaboration, il retrace ces faits au cours de son livre. Il s’agit entre autre d’Oscar Atienza (Mission Orcades Base, 1961) Carlos Portaluppi (Base Deception , 1961) et Francisco Tito Burzi (Base Orcades, 1961).

Mario Lupo, Juan Failla, Javier Stagnaro y Rubén Morales.
C’est le premier livre qu’écrit  Ruben Morales sur ce sujet, mais auparavant, au cours des décennies passées, il a écrit de nombreux articles sur le sujet, notamment plusieurs articles sur les observations d’ovnis en Antarctique publiés dans le Bulletin du Centre Naval et dans le Bulletin de « l Asociación Polar Pingüinera ». Sur le web il a écrit sur le site de la «  fondation Marambio »  et sur le site du «British Antarctic Survey Club Magazine ». Il a reçu à deux reprises le prix «  Irizar Almirante » décerné par le Centre Naval en récompense pour le meilleur article sur les questions relatives à l’Antarctique. Connu et incontournable dans le milieu de l’ufologie en Argentine, il a aussi préfacé » l’ouvrage «  Phénomène OVNI, réflexions, recherches et études » écrit par le Capitaine de Frégate Daniel Perissé.

Ainsi que l’auteur l’a exprimé sur la 4 éme page de couverture  de son livre, le plus grand défi d’un gouvernement serait d’informer les citoyens sur le fait que les OVNI existent très certainement. Les affaires du 6 et 7 juillet 1965 en Antarctique ont été diffusées par la marine d’Argentine, ce qui a été un grand défi qui a déclenché à cette époque un phénomène journalistique formidable, se multipliant à travers le monde avec un effet de cascade, informant ainsi un très large public.

Gérard LEBAT
Traduction et adaptation libre

L’ouvrage du Professeur Ruben Morales va être distribué dans de nombreuses bibliothèques sur Buenos Aires, mais si vous êtes intéressé pour acquérir son livre ou en savoir plus, vous pouvez contacter directement l’auteur :

-       Contact en Argentine pour vous procurer son livre, sachez que le professeur Ruben Morales parle un peu le Français : rio54ovni@gmail.com
-       Blog des Cafés Ufologiques RIO54  de Buenos Aires : http://rio54ovni.blogspot.pt/
-       On trouve également RIO54 et Ruben Morales dans les pages de Facebook.

Des informations en langue Française à propos de l’ouvrage du Professeur Ruben Morales,  sont publiées sur les blogs suivants :




(1)   Les cafés ufologiques de Buenos Aires réunissent parfois plus d’une centaine de personnes, tous les ufologues en Argentine, sont déjà venus au moins une fois à ce Café Ufologique qui est devenu au fil des années l’une des réunions mensuelles qui dans le monde, rassemble régulièrement autant de passionnés en ufologie. La moralité, la qualité de ses intervenants, la régularité ont fait de ce Café Ufologique une référence à l’échelle de notre planète.